Les 8 questions indispensables à se poser avant de changer de syndic

Vous êtes propriétaire d’un appartement T3 à Rennes et vous vous posez des questions sur la gestion de votre syndic de copropriété ? 
 
Aujourd'hui, les copropriétaires insatisfaits de la gestion de leur immeuble n'hésitent plus à changer de prestataire. La procédure est relativement simple, que l'on souhaite engager une agence immobilière de Quimper ou d'une autre ville : il suffit de faire inscrire la résolution à l'ordre du jour de l'Assemblée Générale. 
 
Mais encore faut-il s'être correctement renseigné au préalable afin d'éviter de passer de Charybde en Scylla.
 

1. Rencontrez le gestionnaire qui s'occupera de votre copropriété

Lorsqu'ils sont contactés en vue de reprendre la gestion d'une copropriété, les syndics sérieux proposent généralement d'eux-mêmes de venir voir l'immeuble et rencontrer les membres du conseil syndical. Demandez à rencontrer le responsable mais surtout celui qui sera le gestionnaire de copropriété : s’agissant d’un métier intuitu personne il est primordial d’avoir fait la connaissance de celui qui sera votre interlocuteur direct.
 

2. Posez des questions sur le portefeuille géré

Demandez la nature des immeubles administrés par le syndic et le nombre de lots gérés par le gestionnaire :
le portefeuille du syndic doit contenir des copropriétés similaires à la vôtre et proches géographiquement 
votre futur gestionnaire ne doit pas gérer plus de 60 immeubles et 1500 lots sinon il ne disposera pas du temps matériel pour s'occuper de votre immeuble.
 

3. Demandez un contrat d'un an

Les syndics proposent souvent des mandats de trois ans, durée maximum légale autorisée. 
 
Réclamez un contrat d'un an : l'idée n'est pas de changer de syndic chaque année, ce type d'évènement bouleversant toujours la copropriété et compromettant la bonne gestion de l'immeuble, mais de vous ménager une porte de sortie en cas d'échec du syndic, un non-renouvellement étant toujours plus facile à mettre en place qu'une révocation.
 

4. Consultez le fichier des professionnels de l'immobilier

 

5. Vérifiez que le syndic est assuré

Contactez l'assureur indiqué sur le site de la CCI afin de vérifier que le syndic dispose d'une assurance de responsabilité civile à jour de cotisation incluant les dommages et préjudices qui pourraient être causés à la copropriété à la suite d’erreur, oublis, ou de négligences.
 

6. Contrôlez le montant de la garantie financière

Contactez le garant indiqué sur le site de la CCI afin de vérifier que le syndic dispose d'une garantie financière à jour et suffisante (elle doit être d’un montant égal ou supérieur à la pointe trimestrielle des fonds détenus pour les copropriétés gérées).
 

7. Contactez les autres clients

N’hésitez pas à demander des références au syndic et à contacter plusieurs présidents de conseils syndicaux pour les questionner sur la qualité de sa gestion. 
 

8. Renseignez-vous sur le turnover des gestionnaires

La rotation du personnel au sein des cabinets de syndic est un véritable fléau. Renseignez-vous auprès des autres clients afin d'éviter de choisir un syndic où les gestionnaires ne restent que quelques mois en poste. A ce titre, n’hésitez pas à vous orienter vers des structures à taille humaine, et même, coopératives.
 

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Cliquez ici pour en savoir plus